Art. 1: Le jeu consiste en l’affrontement de deux équipes composées de six joueurs-improvisateurs (trois femmes – trois hommes) et d’un entraîneur.

Un arbitre et ses deux assistants voient à ce que le jeu se déroule selon les règlements.

Pendant toute la durée de l’improvisation, le joueur ne peut quitter l’aire de jeu (la patinoire).

Art.2: Chaque partie a une durée de 90 minutes, c’est à dire trois périodes de 30 minutes. Un arrêt de 10 minutes est prévu entre chaque période.

Art. 3: A l’intérieur de la période de 30 minutes, il n’y a aucun arrêt du temps, bien qu’il y ait arrêt du jeu.

Art. 4: Une sirène annonce la fin de chaque période

Art. 5: Les improvisations sont de deux ordres:

IMPROVISATION COMPARÉE: Chaque équipe, à tour de rôle, doit improviser sur le même thème. L’équipe désignée au hasard, par la couleur de la rondelle, a le choix de commencer ou non. Aucune communication ne sera permise pendant l’improvisation de l’autre équipe. En cas d’infraction, une pénalité sera décernée à l’équipe fautive au moyen d’un mouchoir exhibé par les assistants arbitres.

IMPROVISATION MIXTE: un ou des joueurs des deux équipes doivent improviser ensemble sur le même thème.

Art. 6: Déroulement de chaque improvisation:

L’arbitre tire au hasard une carte et lit à haute voix:

1 – Nature de l’improvisation (comparée ou mixte)

2 – Titre de l’improvisation

3 – Nombre de joueurs

4 – Catégorie de l’improvisation. (Des cubes pourront être mis à la disposition des joueurs à la discrétion de l’arbitre).

5 – Durée de l’improvisation

Les joueurs et l’entraîneur ont vingt secondes pour se concerter et prendre place sur la patinoire. L’arbitre signale le début de l’improvisation par un coup de sifflet.

Dans le cas d’une improvisation comparée, la rondelle est lancée après la concertation de vingt secondes.

L’improvisation terminée, chaque spectateur est appelé à choisir l’équipe gagnante de l’improvisation en montrant la couleur de son panneau de vote correspondant à l’équipe de son choix. Advenant un verdict nul (égalité dans le compte des votes) aucun point n’est inscrit.

Art. 7: Si, à la fin de la première et de la deuxième période, l’improvisation n’est pas terminée, elle reprend au début de période suivante, au point où elle s’était arrêtée (mêmes positions et reprise de la dernière réplique).

« En première ou deuxième période, si la sirène se fait entendre durant le caucus, l’improvisation sera jouée au début de la période suivante. Si la même situation se produit en fin de troisième période, l’improvisation est annulée.

S’il reste moins de quatre minutes à jouer dans une improvisation, le maître de cérémonie signale, à l’aide d’un carton blanc, que l’improvisation doit être terminée, même si le temps de la période est écoulé.

En fin de troisième période, le temps minimum accordé à la dernière improvisation, si elle ne peut être jouée complètement à l’intérieur du temps restant, est de 30 secondes. Le maître de cérémonie signale, à l’aide d’un carton blanc que le temps de la période est écoulé jusqu’à écoulement du temps de grâce. Après les 30 secondes réglementaires, la sirène met fin à l’improvisation et le vote est demandé.

Art. 8 : Dans les quinze dernières minutes de la troisième période, les thèmes sont choisis dans un bocal spécial ne contenant que des improvisations mixtes n’excédant pas huit minutes.

En troisième période, advenant la fin du temps réglementaire de trente minutes pendant une improvisation comparée, celle-ci se déroulera jusqu’à écoulement de son temps.

Art.9: Advenant une égalité à la fin du temps réglementaire de 90 minutes, une improvisation supplémentaire sera jouée, après une pause de soixante secondes. Pour cette période de surtemps, la durée des improvisations n’excédera pas cinq minutes (en mixte) et trois minutes (en comparée). Un point au classement général sera attribué à l’équipe qui perd en prolongation. L’équipe gagnante en obtiendra deux. S’il y a égalité dans le compte des votes, une autre improvisation suivra.

En série éliminatoire et lors des matchs hors concours, advenant une égalité après les trois périodes réglementaires, le jeu se poursuivra en période supplémentaire jusqu’à ce qu’un point soit marqué.

Art. 10: En temps supplémentaire, l’accumulation de trois points de pénalité par une équipe met immédiatement (dès le signalement de l’infraction) un terme à l’improvisation en cours et donne la victoire à l’équipe adverse.

Art. 11: L’arbitre est le maître absolu du jeu. En tout temps, il peut imposer une pénalité à un joueur ou à une équipe pour toute infraction nuisant à la qualité du jeu ou au déroulement de la partie. Au cours d’une improvisation, l’arbitre signale une pénalité au moyen d’un “Gazou”. La pénalité est annoncée avant le vote sur l’improvisation.

L’équipe pénalisée se voit accorder un ou deux points de pénalité selon la nature de l’offense (mineure ou majeure). Une pénalité majeure est une infraction qui détruit sciemment jeu, tandis qu’une infraction mineure peut être un oubli, une maladresse, un retard, etc… L’accumulation de trois points de pénalité (total accumulé chronologiquement par les joueurs ou leur équipe) donne automatiquement un point à l’équipe adverse.

Tout joueur ayant récolté deux pénalités pendant la même partie est expulsé du jeu jusqu’à la fin de cette joute et il doit se retirer dans le vestiaire. Son expulsion efface les points de pénalité résultant de ses deux fautes, s’ils n’ont pas été déjà totalisés. Les points de pénalité de toute faute subséquente, par ce joueur, sont versés au dossier de l’équipe.

Si, à cause de l’absence d’un joueur, son équipe ne peut remplir les exigences de la carte d’improvisation, l’autre équipe gagne l’improvisation par défaut.

Seul le capitaine de chaque équipe a le droit de demander des explications à l’arbitre. Toute discussion avec ce dernier doit se dérouler dans le cercle LNI au centre de l’aire de jeu (en l’occurrence, le logo de la Ligue Nationale d’Improvisation qui est imprimé au sol, au centre de la patinoire, à la manière des patinoires de hockey) advenant l’expulsion du capitaine, celui-ci sera remplacé par l’assistant capitaine.

Art. 12: Classement

Chaque victoire vaut deux points au classement général. A la fin du calendrier régulier, advenant une égalité dans les points au classement, le gagnant du match disputé en saison entre les équipes concernées obtient la primauté. Si l’égalité ne peut être brisée par ce principe, la différence entre les points pour et les points contre, au total de la saison, détermine un meneur. Le dossier de l’équipe au chapitre des pénalités tranchera en dernier recours.

Art. 13: Protêt

Pour qu’un protêt soit valide, il doit être signalé lors du match, avant la dernière sirène annonçant la fin des cérémonies de clôture.

 (Source L.N.I)